dévellopement personnel

Revenir à Soi

La nécessité de revenir à Soi, y avez-vous déjà songé? Déjà, qu’est-ce que cela veut dire « revenir à Soi »?

Revenir à Soi signifie réussir à faire taire ses pensées ou du moins à leur donner moins de place, afin de se connecter à son coeur, de se connecter à son essence.

Cela permet simplement d’entendre ses besoins, ses aspirations, ses ressentis. Je dis « simplement » mais comme toute chose simple, il n’est pas facile de l’atteindre. Cela dépend de son degré de conscience, d’où l’on se situe dans sa vie et de bien d’autres facteurs encore.

L’être humain fonctionne avec deux moteurs: la peur et l’amour. Quand on choisit l’un, (car oui, c’est une question de choix,) l’on délaisse l’autre. Il n’y a pas la possibilité d’alimenter les deux moteurs en même temps. Soit je choisis l’amour, soit je choisis la peur.

La peur nous amène dans la réaction, dans le refus, dans des émotions que certains appelleront négatives.

L’amour nous apporte un lâcher prise, une acceptation, un accord avec ce qui est et nous permet de nous mettre dans l’action.

Revenir à Soi permet de voir quel moteur nous choisissons d’utiliser. Si nous sommes uniquement connecté à nos pensées, à notre mental, nous ne verrons pas le mécanisme qui nous emporte. Par contre, le fait, d’être connecté à son coeur, permet d’observer et ainsi d’accepter là où nous en sommes ici et maintenant. Comprenez bien que là où il y a la peur, il y a réaction et où il y a réaction, il y a blessure d’enfant pas entendue et du coup pas guérie.

C’est un indicateur qui va permettre de vous donner la direction de vos besoins pour vous amener à la guérison de votre enfant intérieur. Un enfant intérieur guérit est ce qui vous amènera à ressentir de l’enthousiasme, de la vitalité, de la motivation et une énergie sans limites. À contrario, un enfant intérieur blessé, non reconnu, abandonné, nous amènera dans la réaction, dans les émotions, parfois dans des éclats d’émotions (colère, tristesse, dégoût, culpabilité, honte,…). Dans ces moments-là, il est quasi impossible de reconnaître les stratégies que nous avons mis en place tout au long de notre vie pour nous protéger contre nos blessures intérieures.

La kinésiologie, le Reiki, la méditation et bien d’autres techniques permettent d’aller toucher cet enfant intérieur et d’aller gentiment, progressivement, lui parler, le rassurer, le cajoler et lui donner toute la place qu’il n’a pas eue, tout l’amour qu’il a manqué. Ces méthodes thérapeutiques donnent accès à des stratégies bien cachées et verrouillées par le subconscient. Cette partie de nous qui préfère cacher pour ne plus être blessée.

J’ai fait ce chemin, moi qui étais dans la pensée perpétuelle. Tout était mental chez moi, une déconnexion à mon coeur car trop de souffrance, de violence, d’humiliation, d’abandon, de rejet,… Avec le temps, la volonté, la compréhension, un travail thérapeutique et par la suite spirituel (que je continue), j’ai su entendre mon coeur et par conséquent, j’ai pu travaillé à le guérir, à le chérir et aujourd’hui, je suis connectée aux coeurs des autres et à mon coeur. Cela me permet de faire un super travail avec les personnes qui viennent faire ce bout de chemin avec moi au cabinet ou dans les séances à distance.

Revenir à Soi, c’est se donner de la place, c’est se reconnaître et cela permet d’apprendre à se connaître réellement, de toucher son Essence. C’est d’allumer sa flamme intérieure afin de briller et vibrer une haute fréquence d’amour pour soi, pour l’humanité toute entière. C’est un chemin qui vaut, à mon sens, la peine d’être emprunté.

 

dévellopement personnel

La magie de l’automne

Ahhhh l’automne, cette période si particulière. Cette saison a une énergie toute à elle.Vous me direz « comme toutes les autres » et je vous répondrai « tout à fait » si ce n’est que l’automne a pour moi quelque chose de magique, de mystique. C’est à cette période de l’année d’ailleurs que l’on fête les morts.

Les mois d’octobre et de novembre sont des moments intermédiaires dans notre année. Nous ne sommes pas encore à la fin de l’automne ni au début de l’hiver et cela amène bien des perturbations chez certaines personnes.

L’automne peut soit apporter – par sa beauté, ses couleurs, son énergie – de la joie et du calme soit amener avec son changement de température et de luminosité de la mélancolie.

Ce moment magique est le moment où nous sommes amener à récolter le fruit de nos labeurs et à laisser pourrir et retourner à la terre ce qui n’a pas germé ou pas donné le fruit escompté. Le temps est venu de recycler et de trier ainsi que de discerner ce qui est encore utile de ce qui ne sert plus. Lâcher prise comme les feuilles mortes qui se laissent porter par le vent sans résistance et dans l’acceptation. C’est la clé pour passer cette étape de l’année comme nous sommes appelés à le faire. Nous sommes connectés à tout ce qui nous entoure et plus nous observerons et comprendrons le cycle de la vie à travers le miroir de la nature et des animaux, plus nous serons aptes à vivre chaque étape le plus sereinement possible malgré les aléas de la vie.

Octobre est également un mois spécial où la magie et la sorcellerie (la bienveillante, en ce qui me concerne) se montre sous leurs plus beaux atouts. À cette période de l’année, le voile entre les deux mondes est fin et c’est le moment propice pour communiquer directement ou indirectement avec nos ancêtres, avec nos êtres chers décédés et passer de l’autre côté. Le 31 octobre est pour les païens la fête Samhain (prononcé: Sa-ouin) où l’on inclut les morts à sa vie. On prépare des repas en silence, on va fleurir les tombes, on fait des rituels et autres potions.

Cette saison, comme toutes les saisons, quand nous savons nous connecter à elles, est d’une richesse infinie. Se promener dans les forêts, sentir la force et la vitalité des arbres qui nous entourent, toucher la terre et toutes ces feuilles qui se sont laissées porter par le vent et qui commencent gentiment à se décomposer et à nourrir le sol sur lequel nous marchons. Les glands, les marrons, les noisettes, tout est en maturation et est près à mourir à sa forme pour permettre à d’autres (écureuils, oiseaux,…) de vivre leur cycle.

Les couleurs également de l’automne ont énormément à nous apporter. Nos sens sont en émois et notre système énergétique se nourrit de tout ce qui compose notre environnement même si nous ne le percevons pas. D’où l’importance d’ aller un maximum dans la nature.

Au niveau des émotions lorsque l’on se base sur les émotions des cinq éléments, nous sommes en plein dans la période du métal. Cette période nous amène différentes émotions – tristesse, mélancolie, solitude, pessimisme, dépression,… mais également lâcher prise, humilité, ouverture et sérénité. Ce qu’il faut comprendre, c’est que pour pouvoir vivre le lâcher prise, la sérénité, l’humilité et l’ouverture, il est nécessaire de se plonger dans les émotions moins fun et plus perturbantes tel que citées ci-dessus. Être dans l’acceptation de l’émotion qui vient nous toucher et non plus dans le refus.

Enfin, cette saison, de part ses températures plus fraîches, nous amène à être plus à l’intérieur. À nous concocter des plats réconfortants et plus nourrissants. À nous prendre des bains chauds et à se cajoler à nouveau. Prendre du temps pour se bichonner et pour choyer nos êtres aimés, c’est idéal pour être en phase avec l’automne. La brisolée, la raclette, les gratins et les soupelettes font leur retour dans nos fourneaux pour la plus grande joie de nos estomacs.

Bref, vous l’aurez compris, l’automne vibre en moi et tout ce que cette saison apporte dans son panier me transporte et m’anime. J’ai eu des automnes difficiles où les émotions se mélangeaient et où j’étais dans le refus de les vivre. Je peux vous dire que depuis le jour où je me suis totalement connectée aux messages de l’automne, ma vie a prit une autre tournure. Je vis chaque étape en conscience et dans l’acceptation et je m’en porte bien mieux. Je ne peux que vous conseiller de vivre cette expérience à votre tour afin de voir ce que cela vous apporte. Il y aura toujours des moments difficiles, ce qui change c’est la perception que nous avons de ces moments difficiles.

Et vous, que réveille en vous cette saison si particulière?

https---i.pinimg.com-originals-7e-cc-13-7ecc13bc5602d61e746e4a2d44d8f0c0.jpg

Non classé

Ma salle de bain simplifiée

Pour continuer sur la lancée d’un retour à l’essentiel et à une vie simplifiée, je me dis que de te partager ma manière de procéder, pourrais t’aider à entamer une démarche similaire, du moins, ta démarche pour un retour à l’essentiel tel que tu le vois.

Alors si tu me suivais dans « la vie selon Mél » tu dois te rappeler la quantité de produits cosmétiques et maquillage que j’avais. Et pour toi, qui ne le sais pas, je te laisse imaginer un tiroir rempli de maquillage en toutes sortes + deux petits rangements composés de trois tiroirs chacun. Des produits cosmétiques en tout genre, un peu partout. Tu penses bien que je n’utilisais pas la moitié de ce que j’avais.

Le premier tri a été pour ça. De base, je ne suis pas quelqu’un qui me maquille beaucoup. J’aime le naturel, la simplicité (tiens donc). Du coup, mon tri s’est porté sur trois catégories; ce que j’utilise, ce que je pourrai utiliser, ce que je n’utilise pas.

Ce premier tri a permit déjà de me libérer de beaucoup de produits. La plupart, je l’ai donné et malheureusement, une partie, est passé à la poubelle.

J’ai laissé passer un peu de temps et puis, j’ai refais un tri. Celui-ci, beaucoup plus ciblé. J’ai regardé ce que j’utilise réellement et ce que je pensais utiliser et que finalement je n’utilise pas. J’ai donné tout ce que je n’utilise pas et gardé uniquement ce que j’utilise actuellement.

Autant te dire que j’ai gagné de la place, de l’espace et que je ne regrette aucun des produits donnés ou jetés.

Ce que je peux dire aussi au niveau du tri, c’est que tout ce qui ne correspondait pas à mes critères d’achat actuel (cruelty free, vegan, bio) devait disparaître. Tous ces points réunis ont fait que le tri a été bien plus facile que ce que j’imaginais au début.

Au niveau des cosmétiques en tout genre, je me suis lancée le défi d’utiliser tous les produits que j’avais et de les terminer les uns après les autres. Je suis ravie d’ENFIN mettre libérée de la majorité de tous ces produits. Il m’en reste encore à terminer. J’ai encore pas mal d’huiles corporel, de crèmes pour le visage mais franchement, le plus gros est loin.

Je revois mes produits les uns après les autres, j’observe ce dont j’ai besoin, ce que je peux remplacer par un produit d’origine naturel et végétal ou ce que je peux fabriquer moi-même. Au niveau shampoing, j’ai un shampoing solide, plus de gel douche mais un savon en bloc. Je suis entrain de terminer mon après shampoing et ensuite je vais regarder soit pour m’en fabriquer un soit pour en trouver un solide.

J’utilise énormément l’huile de coco. Que se soit pour le brossage des dents, pour me démaquiller, pour mes cheveux, comme déodorant, etc… Du coup, au lieu d’avoir 5 contenants, j’en ai 1. Gain de place, simplicité absolue et efficacité confirmée.

Voilà en gros pour ma salle de bain simplifiée qui se rapproche de plus en plus du zéro déchet même si il me reste encore à régler le cas des médicaments… Cela est une autre histoire.

Et toi, tu en es où dans ta salle de bain? Dans ton rapport à la consommation de produits cosmétiques et autres? Merci de partager avec moi ton histoire 🙂

Belle journée ❤